Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel

logo du site
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel
  • Yèvre-la-Ville / Yèvre-le-Châtel

Accueil du site > Tourisme > Arts et culture

Arts et culture

Aux confins de la Beauce et du Gâtinais, Yèvre-le-Châtel recèle un important patrimoine historique et architectural.

De nombreux artistes furent séduits par son charme et celui de ses ruelles ombragées et fleuries. Maria Helena VIEIRA DA SILVA et Arpad SZENES, en particulier, y vécurent l’été pendant près de trente ans. Autour d’eux, d’autres artistes, peintres, sculpteurs, plasticiens de renom international, vinrent également s’y installer.

Ce brillant passé artistique revit aujourd’hui grâce aux expositions, aux concerts et aux diverses manifestations qui y sont programmées chaque saison.

Des créations d’artistes contemporains, présentées in situ, s’offrent aux regards des promeneurs, au hasard des rues. Grilles, cadran solaire, portail, et même les monuments funéraires se révèlent ainsi être les œuvres d’un véritable musée en plein air et ajoutent à l’attrait du village.

Ce renouveau culturel et touristique nous invite à (re)découvrir les artistes qui vécurent et travaillèrent à Yèvre-le-Châtel et à Yèvre-la-Ville. Certaines de leurs œuvres se trouvent aujourd’hui dans de prestigieuses collections et dans les plus grands musées du monde.



Jean ANGUERA

Jean Anguera réside à Givraines et ses pas l’amènent très souvent à Yèvre où une exposition lui a été consacrée en 2010.

Pour Jean Anguera, qui arpente chaque jour la plaine, entre Beauce et Gâtinais, l’homme n’est pas détachable de l’espace dans lequel il vit. Cet espace s’imprime de façon consciente et inconsciente dans son corps. Le paysage modèle l’homme, son corps physique, sa manière d’être et sa façon de comprendre le monde.

Les œuvres de Jean Anguera sont le plus souvent en résine polyester, réalisée par moulage à partir d’un premier travail sur un bloc d’argile. Dans chacune de ses expositions, Jean Anguera cherche à exprimer le rapport de l’homme avec le paysage. Son élection à l’Institut de France est venue opportunément consacrer son parcours et sa réflexion sur la création artistique. Jean Anguera Monument funéraire, dans le cimetière de Yèvre-le-Châtel, réalisé par Jean Anguera - Œuvre en bronze



Pierre DMITRIENKO

Pierre Dmitrienko, comme Vieira da Silva et Arpad Szenes, a appartenu à « la Seconde école de Paris ». Dans la France des années 50, la tendance est à l’abstraction et Pierre Dmitrienko va peindre ce qu’il appellera des « Présence » et des « Blocdom ». Les « Présence » sont des formes ovales et le nom de « Blocdom » vient des mots bloc et homme.

Dans ses œuvres, des formes humaines font alors leur apparition, cernées de noir. En France, ces tableaux, quelque peu torturés, lui aliéneront tout d’abord la critique, mais les galeries étrangères lui apporteront leur soutien et, aujourd’hui, Pierre Dmitrienko est considéré comme un artiste majeur de cette période.

Il mourra prématurément en 1974. Pendant les dernières années de sa vie, il viendra travailler à Yèvre-le-Châtel. En 1984, une galerie parisienne présentera une exposition intitulée « Quatre Russes à Paris » où seront rassemblées des œuvres de Serge Poliakoff, Nicolas de Staël, André Lanskoy et Pierre Dmitrienko. C’est dire si sa notoriété peut être comparée à celle des plus grands artistes contemporains. Dmitrienko Visage fracturé 2 - Lithographie, 1969



Jean-Yves GOSTI

Les matériaux employés par Jean-Yves Gosti ne peuvent l’enfermer dans un style unique. Qu’il s’agisse du métal forgé ou de la taille directe de la pierre, il invente un univers poétique bien à lui.

Du primitivisme, il montre l’univers cultivé et émotionnel qui le nourrit et le traverse. Ses sujets simples sont en réalité le fruit d’une technique très élaborée et d’une écriture personnelle fortement marquée.

Gosti ne sculpte que des personnages qui constituent une véritable famille, qu’il nomme habitants de l’atelier ou compagnons du silence. Ces êtres l’entourent et jalonnent son œuvre et sa vie. Gosti Scènes de la vie au Moyen-âge, Portail en métal à Yèvre-le-Châtel



Bruno GUIHENEUF

Plasticien sculpteur depuis le début des années 90, Bruno Guihéneuf réalise des sculptures, tant d’intérieur que monumentales, souvent par assemblage d’acier et de granit. Il développe une recherche parallèle de bas reliefs en papier et de gravures sur granit. Il est aussi créateur de Land Art au fil des manifestations artistiques et de ses voyages. Grace à la Galerie du châtel et à Lisette et Pierre Alibert, deux de ses œuvres sont présentées en extérieur à Yèvre-le-Châtel. Flux 95 Flux 95



Eduardo LUIZ

Le parcours personnel d’Eduardo Luiz le rapproche des surréalistes et des néo figuratifs, mais sans qu’il se soit lui-même reconnu dans ces courants.

Tout dans sa peinture est calme, beauté, perfection. Tout est en place, immuable et perpétuellement en mouvement. En même temps, tout hurle silencieusement, s’agite frénétiquement sans bouger.

En 1971, las de Paris et du peu d’espace dont il dispose pour peindre, Eduardo Luiz souhaite s’installer dans un atelier pas trop éloigné de la région parisienne. Ses recherches le poussent vers Yèvre-le-Châtel où Vieira da Silva et Arpad Szenes ont une résidence.

Dès lors, il intégrera dans ses tableaux les frondaisons du Gâtinais et souvent à l’horizon, très ténue, la silhouette de la flèche de l’église de Pithiviers.

Yèvre-le-Châtel, sa forteresse, les églises Saint-Gault et Sain-Lubin seront présents sur plusieurs de ses tableaux. L'avion arc en ciel L’avion Arc-en-ciel



Dimas MACEDO

Sculpteur de réputation internationale, les œuvres de Dimas Macedo sont constituées le plus souvent de tubulures cylindriques brunes, en terre réfractaire, dont les cuissons successives permettent de les rehausser d’émail. Souvent ludiques, à la limite de l’insolite, les personnages imaginés par Dimas Macedo sont fréquemment assis, accroupis ou « totémisés ».

Il réalisera de très nombreuses œuvres monumentales, notamment, pour le Parc olympique de Séoul, le Parc national du Vésuve et le métro de Lisbonne. On lui confiera aussi la décoration d’une station de métro à Stockholm, consacré à Linné. Les reliefs muraux réalisés par Dimas Macedo, et la représentation de Linné, lui-même, évoquent, dans le style qui caractérise cet artiste, l’œuvre de ce grand naturaliste.

Dimas Macédo est décédé en 2009 et l’un de ses bas-reliefs décore sa sépulture dans le cimetière de Yèvre-le-Châtel. Dimas Macedo Relief sur la tombe de Dimas Macedo



Claude MERCER

Claude Mercier est un constructeur. Refusant la masse compacte du volume, il accorde à ses structures métalliques de larges vides de respiration par lesquels l’air et la lumière circulent librement à l’intérieur de la sculpture.

Il réussit à créer « des volumes d’espace » sans confins, d’une intense vibration poétique, qui ouvrent une porte vers l’imaginaire.

Une œuvre monumentale de Claude Mercier a été inaugurée à Yèvre-le-Châtel dans le cadre d’une exposition qui lui a été consacrée. Ce sculpteur, à qui l’on doit notamment l’autel majeur de l’abbaye de Saint-Martin de Boscherville, possède un atelier à Yèvre-la-Ville et une de ses œuvres est présentée au MOma, à New-York. L'Envol L’Envol, œuvre monumentale, don de l’artiste à la Commune



Arpad SZENES

D’origine hongroise, Arpad Szenes rencontrera Vieira da Silva à l’Académie de la Grande Chaumière. C’est à partir des années 50 que sa peinture prendra véritablement son essor, mais sa notoriété, pourtant certaine, n’atteindra jamais celle de son épouse.

De nombreuses expositions, en France et à l’étranger, consacreront son parcours artistique. Ses œuvres, qui cultivent un sentiment d’espace et de fluidité de la lumière, feront l’objet d’importantes acquisitions institutionnelles et privées.

Son atelier de Yèvre-le-Châtel respirait la sérénité. Beaucoup de ses compositions font écho aux paysages de Beauce et à ces horizons infinis qu’il affectionnait tout particulièrement.

C’est dans le petit cimetière de Yèvre, près de l’église Saint-Lubin, que seront enterrés Arpad Szenes, décédé en 1985, et Maria Helena Vieira da Silva, qui mourra en 1992. Arpad Szenes La Beauce - Huile sur toile, 1969



Maria Helena VIEIRA DA SILVA

Maria Helena VIEIRA DA SILVA est née à Lisbonne le 13 juin 1908. A Paris, à l’Académie de la Grande Chaumière, elle rencontre un jeune artiste hongrois, Arpad SZENES, qui deviendra son mari en 1930.

A partir de 1947, sa carrière prend une ampleur internationale. Des expositions nombreuses, dans les plus grands musées du monde, jalonnent désormais son parcours vers une gloire confortée par les prix artistiques internationaux les plus prestigieux.

En 1960, soucieuse de s’installer périodiquement hors de Paris pour y travailler en toute quiétude, elle acquière avec son mari une ancienne maison à Yèvre-le-Châtel qu’ils nomment La Maréchalerie. Ils y séjourneront entre 4 et 5 mois chaque été. Nombre d’amis artistes, poètes, musiciens, sont venus les voir dans leur vaste demeure campagnarde qu’ils aimaient profondément. Plus tard, le couple se fera construire un grand atelier, l’Orangerie, à quelques centaines de mètres de leur maison. Les nombreuses rétrospectives de l’œuvre de VIEIRA DA SILVA à travers le monde mettront désormais en valeur l’ambiance particulière de sa retraite villageoise et de ses courtes promenades quotidiennes depuis La Maréchalerie jusqu’à l’Orangerie.

Les titres suggestifs de certains tableaux prouvent son attachement à ce petit village où, loin du tumulte de la capitale, elle évolue vers la sérénité ; "le Petit théâtre de verdure" et surtout "la Basilique" nous situent dans les structures harmonieuses de cette immense artiste.

C’est à Yèvre-le-Châtel que VIEIRA DA SILVA sera enterrée en 1992, conformément à son souhait, dans le petit cimetière à proximité de l’église Saint-Lubin, aux côtés de sa mère et de son fidèle époux. La Basilique La Basilique - Tempera sur toile, 1964-1967



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF